• 1974 ! Une année miraculeuse...

    En 1974, j'avais 14 ans…

    Je portais des pattes d'eph, des foulards dans les cheveux, des bagues à tous les doigts, des chaussures à plate-formes qui me grandissaient d’au moins 12 cm, de grosses lunettes rondes, j’allais au lycée et je jouais du piano, et j’étais déjà folle de musique, mon petit « mange-disque » engloutissait voracement les Beatles, les Stones en passant par Bach, Mozart, Chopin ou Tchaïkowski…

    Peace & Lowe à fond… C'était le temps des fleurs ✿...

     

     

    "Toi et Moi"  "Ты и я" extrait de la bande originale de

    "Romance for Lovers"
      

    Musique

    Pochette originale de la B.O "Romance for Lovers"

     

    Et pendant ce temps... dans la vie d'Alexander Gradsky, en cette année 1974, ce fut l'effervescence !

    Vous n'avez sans doute jamais oublié cette année-là de votre vie, Mister Gradsky ?

    Puis-je vous en  rappeler quelques bribes ?


    La sortie du film « Romance for Lovers » d'Andreï Konchalovsky, sur lequel vous avez créé votre première bande originale, vous propulse alors au rang de star ! Déjà insatiable et plurivalent, vous avez non seulement composé une partition remarquable et moderne, mais vous en interprétez les chansons avec brio. C’est un immense succès, porté par l’extrait du "Chant des Oiseaux" ( "Песня о птицах"  qu'Automnia, ma correspondante moscovite, a eu la gentillesse de nous traduire en français ici ), qui vous a définitivement ouvert les portes de la célébrité !


    Le fameux magazine américain Billboard, qui est une référence internationale en la matière, vous a nommé « Star de l'année » pour votre contribution à la musique du monde !


    Du monde ?  Et je n’en savais rien, Mister Gradsky, ainsi que la plupart de mes compatriotes !


    Cette même année, non content d’être déjà un rocker reconnu dans votre pays, vous obtenez avec les honneurs, votre master de la  légendaire Académie de musique Gnessine, école de musique d’élite, en tant que chanteur soliste d’opéra et de musique de chambre, puis vous êtes lauréat au très respecté festival international de la chanson de variété  de « la Lyre »   à Bratislava (Bratislavskaïa lira).


    En 1974, année extraordinaire s'il en fut, Alexander, vous ne courez pas, non !
    Vous volez littéralement, comme vos fameux « Oiseaux » !


    Vous vivez à un rythme effréné ces douze mois prodigieux.Votre popularité est telle, qu’on vous donne la possibilité de jalonner votre pays au travers d’une grande tournée qui vous mène de salles surpeuplées en stades bondés, vous y donnez trois concerts  de deux heures chacun par jour ( ! )  ; vous rencontrez votre public, il en reste ébloui, fasciné et heureux ! Leur enthousiasme et leur amour fidèle envers vous, traversera les décennies suivantes.


    Votre voix d’une étendue de trois octaves et demie ne peut laisser personne indifférent, surtout que vous  l’utilisez déjà, du haut de vos 24 ans,  avec une parfaite maîtrise et dans un répertoire innovant et totalement inhabituel, surtout lorsque vous vous produisez avec votre groupe « Skomorokhi », « les Bouffons », avec vos orchestrations aux sonorités hard rock !


    Tellement innovant et audacieux que vous réussissez à « secouer » les conservateurs académiques, les organisateurs étatiques des « Philharmonies », qui géraient tous les concerts de musique à l’époque, et leur faites admettre que le rock est bien de la Musique  !


    Vous leur avez arrachée la bénédiction nécessaire à l’ouverture d’une ère nouvelle dans la musique russe !


    Vos pulsions de vie, votre force de conviction, étaient irrésistibles, Alexander, et vos ressources inépuisables !


    Votre talent et votre charisme hors du commun, ont réussi à créer une passerelle enchantée entre la tradition musicale rigide et la créativité vertigineuse de votre temps ! Vous avez ouvert une brèche dans laquelle vos contemporains musiciens se sont littéralement engouffrés !

    Le rock russe est véritablement né cette année-là sous vos doigts, sur votre guitare, via votre voix et la puissance de vos dons multiples.


    Monsieur Gradsky, nos chemins n’ont que mis trente-six ans à se croiser. Qu’est-ce que quelques années au regard de la découverte d’une telle félicité, d’un tel trésor, d’une œuvre aussi profonde que la vôtre, qui traversera les temps, j’en suis certaine.


    Mister Gradsky, je suis vraiment enchantée d’être l’une de vos contemporaines.


    Bien à vous,


    Lowe✿

     

     

     

     

     

    « Gradsky multiple de GradskyQuand A.G. "rossignole" :-) »

    Tags Tags : , , , ,
  • Commentaires

    1
    Marc_2
    Samedi 16 Octobre 2010 à 11:33

    Bonjour,

    C'est mon premier commentaire sur votre blog, Lowe... et je suis surpris par la beauté, l'élégance et la tendresse que vous apportez à vos écrits.

    Alexander Gradsky raconté comme vous le faîtes est un vrai plaisir de lecture.

    C'est d'ailleurs lors d'une de mes dernières lectures, d'un livre anglais nommé " Soviet Rock " que j'ai découvert Alexander Gradsky. 

    Je dois vous dire, Lowe, que vos récits en français accompagnés des extraits sonores sont pour moi une seconde découverte à tel point il est difficile de trouver du contenu sur le Net sur cet incroyable artiste.

    Merci et surtout continuez ainsi !

    Marc

    2
    Lowe✿ Profil de Lowe✿
    Samedi 16 Octobre 2010 à 14:27

    Marc, bienvenue sur ce blog,  je suis très touchée par votre commentaire...

    Merci beaucoup pour vos encouragements.

    Lowe✿

     

     

    3
    yveline
    Mercredi 20 Octobre 2010 à 19:54

    Merci Ma Lowe....magnifique bande son d'un immense compositeur ....car Mister Gradsky a vraiment tous les talents...merci à Lui !


    (là je resigne de mon prénom...en fait c'est mon PC qui fait des siennes...)  gros bisous

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :