• Alexander Gradsky

  • Alexander Gradsky

     

    Alexander Borisovich Gradsky né le 3 Novembre 1949, est un chanteur russe, auteur, poète et brillant compositeur. Mais il est aussi le père du rock russe ! Il est réputé pour avoir une voix exceptionnelle d’une étendue de trois octaves et demi,  ténor « altino » ou « haute contre ». Il est connu aux Etats-Unis, pour avoir participé à une série de concerts avec John Denver et à l’enregistrement de « Let us begin », ainsi que pour avoir donné des récitals au Carnegie Hall de New York. En Russie, il a enregistré des douzaines de disques, composé des opéras-rock et des bandes originales de films remarquables.

    Dans son pays, c’est une légende vivante, même s’il n’est pas vraiment en odeur de sainteté auprès des autorités. Indépendant et attaché à son franc-parler, il reste lui-même et n’accepte que très peu de se produire à la télévision ou de donner des interviews.

    Il a étudié très jeune la musique, et a commencé par le violon, puis, vers l’âge de 12 ans il a interprété des chansons d’Elvis Presley ainsi que d’autres chanteurs étrangers. Puis il a fait partie de différents groupes rock à partir de 1965. Il joue d’une douzaine d’instruments de musique.

    La Musique est son premier amour, et il va l’explorer avec gourmandise et liberté. Il décide d’étudier la musique classique tout en continuant à faire partie de groupes rock. Il laisse parler son cœur et va passer talentueusement par la musique de films (il va composer pour l’extraordinaire réalisateur de cinéma Andrei Konchalovski, entre autres), le folklore russe, les Beatles et les plus grands airs d’opéra sans jamais se cantonner à un seul genre, repoussant toujours plus loin les limites de la difficulté. Sa voix hors du commun et son impertinence lui permettent toutes les audaces, malgré les controverses. Il reste un phénomène dans la musique rock russe et dans la musique tout court dans le monde.

    ♫♫♫♫♫♫♫♫♫♫♫♫♫♫♫♫

    Je commence seulement à appréhender la richesse impressionnante et la diversité extravagante de l'œuvre d'Alexander Gradsky et je me réjouis  à l'idée des dizaines, des centaines de billets qu'il me reste à écrire sur lui. Comme a dit Carineb, nous pleurons parfois à l'idée des gens merveilleux que nous ne connaîtrons jamais...

    Inutile de vous dire combien je suis heureuse d'avoir croisé le chemin de ce Maestro, et d'avoir la possibilité de partager mon enthousiasme avec mes lecteurs. Internet est définitivement le plus extraordianaire media de découverte jamais créé par l'homme.

    Alexander Gradsky  Alexander GradskyAlexander GradskyAlexander GradskyAlexander Gradskyma photo favorite de "Sasha"

    Alexander Gradskyavec John Denver

    Alexander Gradsky


    3 commentaires
  • En 1974, j'avais 14 ans…

    Je portais des pattes d'eph, des foulards dans les cheveux, des bagues à tous les doigts, des chaussures à plate-formes qui me grandissaient d’au moins 12 cm, de grosses lunettes rondes, j’allais au lycée et je jouais du piano, et j’étais déjà folle de musique, mon petit « mange-disque » engloutissait voracement les Beatles, les Stones en passant par Bach, Mozart, Chopin ou Tchaïkowski…

    Peace & Lowe à fond… C'était le temps des fleurs ✿...

     

     

    "Toi et Moi"  "Ты и я" extrait de la bande originale de

    "Romance for Lovers"
      

    Musique

    Pochette originale de la B.O "Romance for Lovers"

     

    Et pendant ce temps... dans la vie d'Alexander Gradsky, en cette année 1974, ce fut l'effervescence !

    Vous n'avez sans doute jamais oublié cette année-là de votre vie, Mister Gradsky ?

    Puis-je vous en  rappeler quelques bribes ?


    La sortie du film « Romance for Lovers » d'Andreï Konchalovsky, sur lequel vous avez créé votre première bande originale, vous propulse alors au rang de star ! Déjà insatiable et plurivalent, vous avez non seulement composé une partition remarquable et moderne, mais vous en interprétez les chansons avec brio. C’est un immense succès, porté par l’extrait du "Chant des Oiseaux" ( "Песня о птицах"  qu'Automnia, ma correspondante moscovite, a eu la gentillesse de nous traduire en français ici ), qui vous a définitivement ouvert les portes de la célébrité !


    Le fameux magazine américain Billboard, qui est une référence internationale en la matière, vous a nommé « Star de l'année » pour votre contribution à la musique du monde !


    Du monde ?  Et je n’en savais rien, Mister Gradsky, ainsi que la plupart de mes compatriotes !


    Cette même année, non content d’être déjà un rocker reconnu dans votre pays, vous obtenez avec les honneurs, votre master de la  légendaire Académie de musique Gnessine, école de musique d’élite, en tant que chanteur soliste d’opéra et de musique de chambre, puis vous êtes lauréat au très respecté festival international de la chanson de variété  de « la Lyre »   à Bratislava (Bratislavskaïa lira).


    En 1974, année extraordinaire s'il en fut, Alexander, vous ne courez pas, non !
    Vous volez littéralement, comme vos fameux « Oiseaux » !


    Vous vivez à un rythme effréné ces douze mois prodigieux.Votre popularité est telle, qu’on vous donne la possibilité de jalonner votre pays au travers d’une grande tournée qui vous mène de salles surpeuplées en stades bondés, vous y donnez trois concerts  de deux heures chacun par jour ( ! )  ; vous rencontrez votre public, il en reste ébloui, fasciné et heureux ! Leur enthousiasme et leur amour fidèle envers vous, traversera les décennies suivantes.


    Votre voix d’une étendue de trois octaves et demie ne peut laisser personne indifférent, surtout que vous  l’utilisez déjà, du haut de vos 24 ans,  avec une parfaite maîtrise et dans un répertoire innovant et totalement inhabituel, surtout lorsque vous vous produisez avec votre groupe « Skomorokhi », « les Bouffons », avec vos orchestrations aux sonorités hard rock !


    Tellement innovant et audacieux que vous réussissez à « secouer » les conservateurs académiques, les organisateurs étatiques des « Philharmonies », qui géraient tous les concerts de musique à l’époque, et leur faites admettre que le rock est bien de la Musique  !


    Vous leur avez arrachée la bénédiction nécessaire à l’ouverture d’une ère nouvelle dans la musique russe !


    Vos pulsions de vie, votre force de conviction, étaient irrésistibles, Alexander, et vos ressources inépuisables !


    Votre talent et votre charisme hors du commun, ont réussi à créer une passerelle enchantée entre la tradition musicale rigide et la créativité vertigineuse de votre temps ! Vous avez ouvert une brèche dans laquelle vos contemporains musiciens se sont littéralement engouffrés !

    Le rock russe est véritablement né cette année-là sous vos doigts, sur votre guitare, via votre voix et la puissance de vos dons multiples.


    Monsieur Gradsky, nos chemins n’ont que mis trente-six ans à se croiser. Qu’est-ce que quelques années au regard de la découverte d’une telle félicité, d’un tel trésor, d’une œuvre aussi profonde que la vôtre, qui traversera les temps, j’en suis certaine.


    Mister Gradsky, je suis vraiment enchantée d’être l’une de vos contemporaines.


    Bien à vous,


    Lowe✿

     

     

     

     

     


    3 commentaires
  •  

     

    "Let us begin" Why are we making weapons for ?

    John Denver et Alexander Gradsky

     

    Musique

     

    Alexandre Gradsky, a passé des messages forts tout au long de sa vie d'artiste, par ses textes, sa musique, bien sûr, mais ce qui me touche encore plus, par ses actes, et ce, à de nombreuses reprises et pour des causes graves, courageuses, et souvent dérangeantes.

    La rencontre de l'américain John Denver (31 décembre 1943 – 12 octobre 1997), chanteur country et écologiste, fils d'un officier de l'armée américaine et d'Alexander eut lieu à Moscou en 1986, et a été à l' origine de l'enregistrement de cette chanson profondément antimilitariste et pacifiste. C'est la première fois qu'un artiste soviétique enregistra sur un label américain (RCA). Les images poignantes, que vous voyez dans le clip sont tirées d'un documentaire de Anatole Konowarski. On peut parler de symbole en ce qui concerne ce duo totalement impensable (accompagné des Chœurs de l'Armée Rouge ),qui se produisit sur scène à Moscou mais aussi au Japon ainsi qu'aux États-Unis.

    Au début de la vidéo, John Denver raconte qu'il avait été visiter, lors d'une tournée en Union Soviétique, le cimetière Pisskarev au Mémorial de Leningrad, la vision de ces 600 000 tombes l'a bouleversé et il a commencé à écrire les paroles de "Let us begin". Il nous dit qu'il considère ce duo,  comme ce qu'il a fait de meilleur dans sa vie. Il parle avec beaucoup d'affection de "Sasha". Les deux hommes sont restés amis.

    On peut noter que, par la suite, RCA qui appartenait à General Electrics n'a pas renouvelé le contrat de John Denver, malgré les ventes phénoménales de ses disques. La rumeur veut que G.E., un des plus grands fabricants d'armes du monde, ait été offensé ...

     

     

     

    Musique

    Mister Denver, Mister Gradsky, thank You very much for what You did !

     

    MusiqueMusique

     

     

    Peace & Lowe✿


    7 commentaires
  • ✭✭✭ de rallumer les étoiles ! ✭✭✭  Guillaume Apollinaire

     

    Гори, гори, мо́я звезд́а 

    Musique : Piotr Bulakhov. Paroles Vassili Chuevsky 

    "Brille, brille mon étoile"

    Chanson russe du XIXe siècle

     

    Musique

     

    "Les trois bougies" Marc Chagall



    3 commentaires
  •  

    Как молоды мы были

    Musique : Alexandra Pakhmutova
    Paroles : N. Dobronravov
    "Quand nous étions jeunes"

     

    Cette chanson a, je crois, une place particulière dans l'œuvre d'Alexander Gradsky. Même s'il n'en est que l'interprète, il a porté cette chanson aux sommets usant à merveille de ses trois octaves et demie. Il paraît qu'il en existe 17 versions différentes chantées par A.G. ( je ne les ai pas encore toutes entendues, mais j'espère un jour pouvoir toutes les mettre ici...).
    Celle-ci date de 2003 et me touche beaucoup.
    J'ai tenté de traduire les paroles sur différents traducteurs en ligne.
    Mais même en arrangeant au mieux je n'en suis pas satisfaite.
    Le seul vers dont je sois sûre, c'est :
    "Ничто на Земле не проходит бесследно."
    "Rien, sur terre, ne passe sans laisser de trace."
    Et il me plaît énormément car il prête un sens à la vie...
    C'est sur cette chanson que j'ai fait la "connaissance" d'Alexander Gradsky, c'est donc la plus chère à mon cœur.


    Lowe✿

     

     

    Musique

    Illustration : Berthier Philippe "Trace"


    3 commentaires
  •  

    "С полуслова" (Вальс)

    "À demi-mot (Waltz)"

    (D.Tuhmanov-I.Shaferan)

     

    Musique

     

     

    Musique

    Photos : David Seidner

     

    P.S. : J'ai trouvé la vidéo de cet enregistrement chez Youtube (mon meilleur ami), Alexander Gradsky rendait hommage au grand musicien David Tuhmanov pour son anniversaire, qui a aussi écrit la musique de la chanson "Il était une fois, moi", une de mes préférées...

    J'aime aussi le passage du début où A.G. parle... à mon oreille, on dirait qu'il chante...✿

     

     

     

     

     


    4 commentaires
  •  

     

    Musique

     

     

     

    "Вполях под снегом и дождём"

    "Dans les champs sous la neige et la pluie"

    Paroles : Robert Burns

    Musique : Alexander Gradsky

     

    Musique

     

    Musique

     


    10 commentaires
  • Alors là ! Quand j'ai entendu ces mots dans cette chanson, je n'en croyais pas mes oreilles !

    Vous et moi, mes amis, avons tellement souvent fait ce jeu de mot avec mon petit nom "Lowe"...

    Et voilà que Mister Gradsky s'y met ! :-)

    All you need is... Lioubov ♥

     

    Александр Градский - Блюз (Ливни на море)

    Alexander Gradsky - Blues

    Musique : Alexander Gradsky

    Paroles : Alexander Gradsky - John Lennon- Paul McCartney

    Montage vidéo : Lowe✿


    ^par


    6 commentaires
  •  

    Musique

     

    Le 20 Novembre à 18 heures, le tout-Moscou a rendez-vous avec Alexander Gradsky !

    Oh ! La chance qu'ils ont...

     

    Musique

    Théâtre du Centre de la Culture "Gagarine"

     

    Aria de "Don Jose"

    "Carmen" de Georges Bizet

    Aрия Хозе из оперы Ж.Бизе 'Кармен'

     

    Je ferme les yeux... et j'y suis !

    Lowe✿

     

     


    5 commentaires
  • Vous entendez ce que j'entends ? Mister Gradsky chante du Yves Montand !

    Et en français !

    Da... da... !

    À la fin d'une interview, le 3 Novembre dernier,  jour de son anniversaire, il met son grammophone en marche et ... on entend : "en marchant à pied, à pied...". Tellement absorbée à essayer de déchiffrer le russe, je n'avais pas saisi à la première écoute qu'il chantait en français ! Il m'a fallu l'aide de ma gentille "traductrice", pour entendre le français en français !

     

     

     

    Tellement bon de vous entendre dire quelques mots dans ma langue, Mister Gradsky !

    Je mets la vidéo de Montand chantant "Je suis venu à pied" avec son panache et sa grâce habituels...

     

     

    Je vous réponds en chanson, Alexander ?

     

    "Clopin-clopant" Yves Montand

     

    Musique

     

    Lowe✿ en direct de Paris...

     

     


    8 commentaires


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique